Nicolas Chardon — la recherche
exposition présentée du 16 janvier au 9 février 2007

« Avec comme outil un dispositif composé de six tableaux récents ainsi qu’un ensemble de trois mobiles conçus spécifiquement pour le lieu, je voudrais aborder ce projet d’exposition à la galerie de l’erban comme une recherche, en écho au travail mené depuis un an avec le groupe « abstraction » du programme de recherche de l’école régionale des beaux arts de Nantes.
J’ai donc envisagé cette exposition comme un parcours, bien sûr physique, dans l’espace, mais aussi conceptuel, en jouant des niveaux de lecture et de visibilité, différents, d’œuvres formellement très proches.

lire plus

Biographie

Nicolas Chardon
Né en 1974, vit et travaille à Paris.
 
Il a été pensionnaire à la Villa Medicis, Académie de France à Rome en 2008 - 2009.
Depuis une dizaine d’années, son travail est régulièrement montré dans des expositions personnelles et collectives, en France et à l’étranger.
Il est représenté par les galeries Jean Brolly à Paris, Nosbaum & Reding au Luxembourg, Van Gelder à Amsterdam, LOG à Bergame et Gaain à Seoul, et est déjà présent dans d’importantes collections privées et publiques, telles que, Le Centre Pompidou - Musée national d’art moderne, le Fonds national d’art contemporain, le MUDAM - Musée d’art moderne Grand Duc Jean du Luxembourg, le Musée d’art moderne et contemporain de Strasbourg, le Musée des beaux-arts de Nantes, la Caldic Collection à Rotterdam, la Fondation European Patent Office à Munich, la Fondation Meritz à Seoul et les Frac Aquitaine, Bourgogne et Bretagne.
 
Outre ses projets solo en galeries ou centres d’art, il a notamment participé à d’importantes expositions institutionnelles parmi lesquelles La Force de l’Art au Grand Palais, Le Noir est une couleur à la Fondation Maeght, Peinture/Malerei au Martin Gropius Bau à Berlin, Villa Aperta à la Villa Medicis ou bien encore récemment Seconde main au Musée d’Art Moderne de la Ville de Paris.
En 2011 il participera entre autres à des expositions au Musée des beaux-arts de Calais, au Verein Rosa-Luxemburg-Platz à Berlin et à la Staatliche Kunsthalle de Karlshrue.
 
« Voici une dizaine d’années que j’ai entrepris un travail, principalement de peinture, qui s’attache à démontrer qu’il demeure un usage contemporain possible et valide des formes issues du modernisme historique. Au moyen de figures simples, de procédés élémentaires empruntés tant au vocabulaire abstrait qu’à une réflexion sur le langage héritée de l‘art conceptuel, je m’intéresse à montrer ce qui subsiste au-delà de l’image, ou malgré elle : la pratique et l’énonciation.
Autrement dit, littéralement, ce que l’on fait, et ce que l’on dit. »

Plus d’informations